LA GRANGE HUGUENET (4 ha) - Doubs

LA GRANGE HUGUENET
LA GRANGE HUGUENET
LA GRANGE HUGUENET
LA GRANGE HUGUENET
LA GRANGE HUGUENET
LA GRANGE HUGUENET

Propriétaire(s)

Indivision GUILLAUME-DEMANGEL

Téléphone

06 08 02 58 80

E-mail

lagrangehuguenet@cegetel.net

Adresse

32 avenue de Montrapon

Code Postal

25000

Ville

Besancon

Département

Doubs

Description

« La Grange Huguenet de Besançon (Doubs) présente un intérêt d'histoire et d'art suffisant pour en rendre désirable la préservation en raison de la rareté des granges urbaines aussi complètes et en raison des aménagements apportés par l'architecte Delacroix, caractéristiques de l'art de vivre du XIXème siècle ».

Cet extrait de l'arrêté préfectoral du 29 novembre 2000 officialisant l'inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) résume bien le caractère exceptionnel de La Grange Huguenet, vieille bâtisse familiale chargée d'histoire, enfouie dans 4,5 hectares de nature en plein cœur de Besançon.
Il s'agit du plus grand parc de Besançon. Le site est classé depuis 1937, à la demande de Robert DEMANGEL (archéologue et copropriétaire) pour le préserver des risques au niveau urbanisme. Au niveau du POS, il s'agit d'un espace boisé classé et d'une zone non constructible.

Type(s)

Jardin à l'anglaise, Jardin champêtre.

Elements végétaux

Arbustes, Plantes vivaces.

Historique

22 Mai 1674 : Louis XIV dine sur une table de pierre ovale sous les ifs de La Grange dite de « Calmoutier ». Après avoir assisté à l'assaut victorieux de la citadelle par ses troupes, depuis la fenêtre du premier étage, le roi, heureux de sa conquête, vient d'offrir son épée au propriétaire du domaine. La devise du roi : « Deo Soli Gloria » s'inscrit, depuis dans la pierre de la porte d'entrée. Il faut rappeler que lors de la deuxième conquête de la Franche-Comté, Besançon résista de nombreuses semaines au roi de France et que la Franche-Comté fut la dernière région à être rattachée à la France.

Les bâtiments sont contemporains du Grand Roi, il s'agit d'une ferme avec, de part et d'autre d'une cour, à l'ouest les bâtiments agricoles intégrant le logement du fermier (le poêle et son four à pain) et à l'est, les pavillons d'habitation des propriétaires. Elle possède une vieille citerne du XVème qui servit jusqu'à 1930.
La Grange était au centre d'un vaste domaine agricole ; la devise de la propriété « nihil sine labore », inscrite à l'entrée de la cour, témoigne de l'intense activité qui devait y régner. Un plan de la première moitié du 18ème siècle révèle que le bâtiment agricole comportait une serre permettant de faire hiverner les orangers qui décoraient la grande allée d'honneur au nord de la cour. A la fin du 17ème siècle les propriétaires étaient de riches négociants bisontins, les Rochet. L'un d'entre eux fut maire de Besançon en 1707.
Au 18ème siècle, ses deux neveux, les frères Huguenet, dont l'un était médecin et l'autre procureur du roi, laissèrent leur nom à la propriété. Ils vendirent leur domaine à Jean François Munier, simple cultivateur devenu riche négociant en vin, le 9 décembre 1791. Une grande partie du quartier de Montrapon lui appartenait et sa richesse lui permis d'offrir une cloche à l'église de la Madeleine. Avec lui, La Grange devint un vaste entrepôt à barriques, elle disposait d'un pressoir. Le clos actuel existait déjà et ses combes étaient plantées d'arbres fruitiers. La table de Louis XIV et ses ifs étaient déjà considérés comme des souvenirs historiques.

En 1848, Alphonse DELACROIX architecte de la ville, du département et du diocèse et qui avait épousé Jenny MUNIER, petite fille de Jean François, s'installa à La Grange. Il fut pendant plus de 40 ans l'architecte de la Ville de Besançon dont il fit évoluer l'urbanisme en profondeur (promenades, fontaines, écoles…). Il s'est aussi illustré par ses recherches archéologiques puisqu'il fut l'inventeur de l'Alésia franc-comtoise d'Alaise (Doubs). Il fut aussi géologue puisqu'il découvrit les mines de sel de Miserey, assurant les approvisionnements de la place forte qu'était alors Besançon. Il fut à l'initiative de l'exposition universelle de 1860 de Besançon afin de promouvoir l'industrie (horlogerie…) et les arts locaux. Enfin, s'inspirant des Romains, il fit revenir à Besançon les eaux de la source d'Arcier afin de remplacer les eaux insalubres pompées dans le Doubs depuis plusieurs siècles.
L'histoire nous raconte qu'il quittait la ville le soir, pour diner, respirer et dormir à la campagne, dans la vieille bâtisse. La Grange était sa « villa » au sens romain du terme. Là ce grand esprit appréciait tout particulièrement la possibilité de s'isoler avec ses amis archéologues, peintres, sculpteurs, philosophe ou architecte. (Castan, Considérant, Bial, Ducat, Baron, Français, Petit, Henri et Brice Michel, Quicherat…) pour refaire le monde et s'avancer sur de nouveaux terrains : études celtiques qui aboutirent à la découverte de l'Alésia franc-comtoise d'Alaise dans le Doubs, organisation de l'exposition universelle de Besançon en 1860 (promotion de l'horlogerie bisontine), découverte des gisements de sel de Miserey, création de la société d'émulation du Doubs, création de la société de Secours Mutuels établie pour la classe ouvrière etc…
La Grange fut l'objet d'attentions particulières de sa part, qui lui ont donné son aspect d'aujourd'hui, d'une belle et solide maison de campagne. Il s'appliqua toujours à conserver l'aspect initial de cet ensemble mais chercha à en améliorer le confort. Il rendit donc les bâtiments plus fonctionnels et créa d'importantes baies vitrées sur la façade est, d'où on jouissait alors d'une large vue sur la ville et ses alentours. Il installa son bureau dans une extension d'un style rocaille hardi.

Le clos fut l'objet de la même créativité dans la continuité : notre architecte respecta les anciens massifs d'ifs et de charmes et créa le parc actuel, selon les mêmes principes et avec les mêmes espèces (wellingtonias, cèdres, sophoras…) que lorsqu'il conçut la remarquable promenade bisontine « Micaud » en 1838. C'est à cette époque que la charmille en tonnelle qui avait succédé aux orangers des Huguenet devint la grande voûte actuelle.
L'architecte Delacroix compte parmi ses descendants, trois personnalités intéressantes :
-son petit fils, le sculpteur Alphonse Voisin, mort en 1893, à l'âge de 35 ans. Il venait de rencontrer un grand succès dans la célèbre galerie parisienne Georges Petit, avec son associé le céramiste Dalpayrat , lors d'une exposition-vente de leurs céramiques en grès flammés.
-son arrière petit fils l'archéologue Robert Demangel fut directeur de l'école française d'Athènes et s'illustra tout particulièrement sur les sites de Délos et de Delphes.
-Son arrière petite fille, Andrée Demangel Pernel fut surtout célèbre à Besançon pour ses sculptures d'arbres sur pied (Vierge à l'enfant, Christ…). Cette habituée du Salon des indépendants était aussi une excellente pastelliste.

La Grange Huguenet reste la propriété familiale des descendants d'Alphonse DELACROIX ; Robert GUILLAUME en assure la gérance. L'association (loi de 1901) « Les Amis de La Grange Huguenet » compte plus de 400 membres et a pour vocation d'assister les propriétaires dans leurs projets de sauvegarde et d'ouverture au public.

Informations Pratiques

Protection

I.S.M.H

Protection 2

Site classé

Ouverture

d'avril à octobre, le 2ème mercredi de 14h à 17h
Journées du patrimoine (3ème week end de septembre)
Ouverture aux écoles du quartier et aux scouts sur RdV

Tarif(s)

gratuit

Type(s) de visite

Visite libre, Visite guidée.

Durée de visite

00h00

Accessibilité Handicap

Découvrir aux alentours

JARDIN BOTANIQUE DE LA VILLE ET DE L'UNIVERSITÉ

JARDIN BOTANIQUE DE LA VILLE ET DE L'UNIVERSITÉ

LES PINS NOIRS

LES PINS NOIRS

CHÂTEAU ET JARDIN À LA FRANÇAISE DE VAIRE-LE-GRAND

CHÂTEAU ET JARDIN À LA FRANÇAISE DE VAIRE-LE-GRAND

CHÂTEAU DE SALANS

CHÂTEAU DE SALANS

Jardin Aquatique Acorus

Jardin Aquatique Acorus